top of page

Joyeux anniversaire à mes 20 ans d'intégration en école d'ingénieur : mais où sont les femmes ?!

En discutant avec des jeunes en école d'ingénieur, j'ai réalisé qu'il y avait toujours aussi peu de femmes dans ce milieu.

Je me suis alors dit mais attend 2003-2023, joyeux 20 ans d'intégration Madame l'Ingénieure !


Mes ambitions ?

Faire des maths sans être enseignante car venant d'un collège ZEP j'avais vu des camarades balancer des gommes sur des professeurs qui finissaient en pleurs. Je me suis alors promise de ne jamais faire prof de maths, métier trop ingrat.

Et faire de l'informatique, que j'appréciais moins, mais pour ne jamais être au chômage. Je souffrais du syndrome de la phobie de la famille modeste qui vit à découvert. C'est ainsi que je me suis forcée à faire de l'informatique et que j'ai ensuite trouvé une certaine fierté à développer des programmes pour des traders avant de moi-même devenir tradeuse.


Cinq demis

Ayant fait cinq demis (refaire sa deuxième année de prépa), je le vivais comme un échec total, dépitée de ne pas avoir intégré mon premier choix d'école du premier coup. Ma mère avait alors eu l'excellente idée de me suggérer d'en profiter pour passer mon code et mon permis avant les concours car avec ma bourse je ne pourrai pas me payer à la fois un logement en école d'ingénieur en dehors de Paris et mon permis.


Effectivement, à part Polytechnique ou Centrale, qui sont même loin de Paris-centre, de nombreuses écoles d'ingénieur sont réparties dans toute la France.

Bingo, j'ai eu mon permis une semaine avant de passer les concours en Avril 2003.


On sentait l'expérience de la mère d'ingénieurs-femme de ménage. Oui, j'ai deux grands frères ingénieurs et un troisième qui nous a ouvert les portes en faisant prépa et a finalement décidé d'être professeur de physique. Heureusement ses élèves le kiffent et ne lui balancent pas de gomme.


Alors à bas les discours misogynes et classistes, si j'ai pu devenir ingénieure c'est grâce à trois hommes, mes trois grands frères, et une femme sans diplôme, ma mère.

Elle savait les sacrifices que ce parcours engendrait et elle a tout mis en place pour me faciliter au maximum ma concentration et préparation mentale. C'était ma seule coach féminine en motivation et je ne connaissais aucune femme ingénieure.

Durant mes études au collège et lycée, on ne m'a jamais proposé de faire prépa ou école d'ingénieur. Etait-ce parce que j'étais une fille, parce que je venais d'un milieu populaire, les deux ?


Ceci étant dit ma professeur de maths au lycée m'adorait. Elle m'avait fait un dossier d'appréciations en béton pour la prépa. Mais elle me parlait étrangement beaucoup plus de sa nostalgie d'avoir vécu et travaillé Marrakech, ville que moi-même je n'avais jamais visité, plutôt que de la future vie en prépa.


La rentrée des classes

Toulouse ! Je me souviens d'une douce semaine de rentrée ensoleillée, encore estivale qui laissait présager un retour à la vie "normale" après de dures années de travail en prépa et pour passer le marathon des concours à l'écrit puis à l'oral.


Dans la cour de l'école, je me sentais rapidement épiée, scannée, analysée, mais pas pour mon niveau en maths si vous voyez ce que je veux dire. Vous vous rendez compte, une promo avec 95% de jeunes post-adolescents de 20 ans enfermés pendant 2 ou 3 ans à bucher pour les concours qui sont relâchés en liberté.


Je me rends donc en cours à mon école d'ingénieur avec mes habitudes de petite meuf de Paris : petit bronzage de retour du Maroc, fringues cintrées à la mode, talons, make up, cheveux longs dans le vent, parfum au musc. Mon look depuis plusieurs années finalement.

A la rentrée, un camarade se rapproche de moi et me dit cette phrase inoubliable :


  • "waw, mais hier t'étais pas habillée pareil. Tu te changes tous les jours quand même !"

Moi, l'assimilant directement à une remarque sur mes origines sociales plutôt qu'à un compliment maladroit :

  • "ouais, et tu sais je prend une douche et je me brosse les dents tous les matins aussi."

Il est fou lui, il croit que je pue ? Essayant de se rattraper :

  • "Non mais ce que je veux dire c'est que t'es féminine, tu t'habilles classe quoi pour venir en cours"


Nous étions au 3ème jour en école d'ingénieur et je savais que cela allait me poursuivre pendant longtemps. Très longtemps, jusque dans ma carrière.

Le fameux "t'as un date ce soir?" dès que tu mets un peu trop de rouge à lèvre. Et encore je ne mettais jamais de robe.


Week-end d'intégration

J'ai esquivé le week-end d'intégration, symbole pour moi de tous les excès, les beuveries et tentatives de drague.

Je ne bois pas et j'avais déjà vu que certains camarades masculins très timides se déshinibaient totalement via l'alcool. Il y en a même un qui est devenu alcoolique et n'a pas pu avoir son diplôme alors qu'il était tellement plus fort en algèbre linéaire que moi.

Un de mes grands frères ingénieur, dans le même domaine que moi, m'avait mise en garde.

Je me disais naïvement "mais wesh en 8 ans les mentalités n'ont pas changé ?" Moi de 2023 : LOL !

Non rien n'a changé, il y a aujourd'hui 25% de femmes ingénieures en France.

Mon frère m'a raconté qu'une de ses camarades très introvertie avec été incitée à boire au week-end d'intégration, avait été poussée à se déhancher sur une table et est tombée à la renverse en s'ouvrant le crâne.


  • "Leïla tu viens pas au week-end d'intégration ???"

  • "Non désolée les gars je dois monter à Paris, mais amusez-vous bien !"

  • "T'es vraiment pas drôle comme fille."

  • "Ok je suis pas drôle."


Oui, j'ai esquivé le week-end d'intégration et je ne regrette pas de m'être protégée de micro-agressions sur ma tenue vestimentaire ou ma manière de me comporter dans un microcosme masculin, qui ne me convenait pas. Ce faux bond m'a certainement permis de moins les détester par la suite.


Le gala de fin d'année

Par contre les gars no way, vous n'allez pas me cramer mon gala de fin d'année ! Je m'imaginais vraiment à l'américaine, surtout pour la piste de danse :-)


J'ai claqué ma plus belle robe de soirée qui était une pièce couleur crème incroyable avec un bustier en dentelle tour du cou et une jupe sirène en soie que ma grande soeur m'avait prêtée. Petit brushing, petit sac à main de soirée.

La soirée était cool mais soyons honnête c'était encore une beuverie totale. Un camarade de classe complètement bourré s'est rué vers moi en me disant "ahhhh Leïla, je t'ai toujours bien aimé tu sais !"

En essayant de m'enlacer, je l'ai esquivé, il est tombé au sol et il continuait de parler les bras tendus vers moi.


Alors vous me direz que je parle plutôt de comportements masculins maladroits, montrant une certaine virilité, parfois liés à l'alcool que de misogynie.

C'est vrai, je n'ai pas beaucoup vécu de remarques misogynes en école d'ingénieur, mais plutôt classistes ou en fait un subtil mélange des deux, cette image de la "beurette de quartier" qui serait par définition sans cervelle.


Mes camarades et mes professeurs étaient plutôt maladroits envers les femmes que discriminants. J'ai toujours été convaincue que les filières scientifiques ne seraient pas discriminantes.

C'est pour cela que j'ai choisi d'étudier de la physique, des maths, car ce sont des sciences exactes. Et que je porte des talons ou pas, ce qui importe c'est CQFD (ce qu'il fallait démontrer)


Ingénieure financier

Par contre, en arrivant sur le marché du travail, le micro-harcèlement des femmes quasi quotidien en salle des marchés était bien réel, visible et assumé.


En tant que stagiaire tu es un fantasme de "nouvelle chaire fraiche". Certains étaient plus motivés à faire passer un entretien à une future stagiaire en la dragouillant à moitié que d'aller à la réunion hebdomadaire de l'operational comittee. Je vous passe les détails d'analyse de la photo du CV.


En CDI, tu découvres aussi que des mecs en interne ont des trombinoscopes des "meufs les plus bonnes de la boite" (je ne vous dirai pas si j'étais dedans ou pas)

Des inconnus en interne t'envoient des emails pour prendre un café après avoir vu ton nom sur ton badge à la cantine ou dans l'ascenseur. On réussit à avoir ton numéro personnel sans ton consentement et t'appeler un samedi soir. Tu éternues, un mec que tu ne connais pas t'écris "à tes souhaits" en messagerie instantanée.


ARCHI CRIIIINGE les gars !


Nous sommes diplômées, Bac+5 comme vous, qu'est-ce qui justifierait des rapports de domination aussi primaires et archaïques. Et surtout personne ne m'a jamais préparé à cela dans mes cours de maths, physique et sciences de l'ingénieur.

Il faudra donc attendre d'avoir un statut "senior" (ou bien de ne plus être de la "chaire fraiche") pour retrouver plus de sérénité dans son statut de femme ingénieure active.


Où sont les femmes ?

La question fatidique reste finalement la même : pourquoi en 2023, à l'ère de la diversité et égalité hommes-femmes, n'y a-t-il toujours pas assez de femmes ingénieures ?

Les secteurs en agronomie, chimie, sciences du vivant comptent visiblement beaucoup plus de femmes que les autres filières.


Tout est à revoir à tous les niveaux :


  • dès la primaire pour rappeler que ce n'est pas une filière masculine

  • en école d'ingénieur et dans le milieu du travail pour valoriser les femmes, les payer autant que les hommes, compenser le congé maternité, mettre en place des cellules en cas de harcèlement interne...

  • l'entourage familial qui peut pousser à des choix de filières orientés suivant que l'on soit une fille ou un garçon

  • le contexte social, moins abordé et plus complexe : lorsque l'on est une femme, issue d'un quartier et de l'immigration, nous portons une certaine charge mentale sociale, sociétale et culturelle sur notre réputation. Comment justifier de quitter le foyer familial à 19 ou 20 ans pour vivre seule dans une autre ville et étudier, alors qu'il y aurait tout accessible à Paris.


J'ai eu la chance de ne recevoir aucune remarque de mon entourage à mon époque mais plutôt du soutien.

Pourquoi ? Parce que mes propres frères avaient ouvert cette voie plusieurs années avant et sont devenus les premiers ingénieurs du quartier.

Ils ont été mes modèles ainsi que ceux d'autres nombreuses personnes.

Alors, mesdames, mesdemoiselles les ingénieures, montrez-vous et incarnez ce modèle pour faire monter les stats !



Leïla Talhaoui

CEO Yoo/Slash

Executive Coach / Ingénieure financier / Danseuse-chorégraphe / And More



89 vues0 commentaire

Comments


bottom of page