top of page

Transclasse-fishing, l'art de se faire passer pour un riche ou...pour un pauvre !

Hello à toi jeune entrepreneur ! Si tu es pauvre et que tu veux te faire passer pour un riche, fonces. Si tu es riche et que tu veux te faire passer pour un pauvre, je dirai que la question elle est vite répondue !

(Référence : Jean-Pierre Fanguin)


La Cité ou la City ?

Les gars des cités sont-ils les nouveaux rois du trading blingbling ?

Quand j'étais tradeuse Forex, un ami me parlait d'une page instagram tenue par un "mec de quartier" qui s'appelait "F***_eurusd".


Je me suis alors dit, voici une page qui va, à très juste titre, critiquer l'hégémonie du capitalisme américano européen et les scissions économiques, sociales et sociétales dans les quartiers dits défavorisés.


Que nenni.

On y voit un gars de la street qui a crée le concept du "Forex Gang". C'est un trader autodidacte.

Pour montrer que son programme de formation de trading fonctionne, il se met en scène dans des jets privés, devant des voitures de luxe, avec des vêtements de marque, entre deux graphes d'analyses techniques de devises.

Et comme il le dit si bien dans un de ses posts au bord d'un voiture de luxe "le capitalisme fonctionne."


Voici donc la nouvelle recette du rêve de réussite sociale : vendre la réussite via des codes "d'argent facile" dans une ambiance de clip de rap à l'ancienne, plus via du deal du shit mais plutôt vers du deal de trading algo.


La vie est un long fleuve tranquille

Venant à la fois d'une cité et du milieu de la finance, je vous avouerai que l'invitation est assez tentante et compréhensible et que j'ai toujours admiré ces pieds de nez de renversement de codes sociaux.


Ce qui est plutôt inquiétant, c'est quand l'usurpation de classe s'envisage dans l'autre sens : un "riche" qui se fait passer pour un "pauvre".


Je me souviens de ce bachelier ayant obtenu d'excellentes notes mais qui n'était pas boursier et donc n'a pas pu obtenir l'école de son choix. Il indiquait dans une interview être tenté de mentir sur les revenus de ses parents pour mieux réussir et profiter de la tendance d'équité et inclusion.


J'ai également de nombreux souvenirs du lycée où j'entendais mes camarades dire "wesh, c'est la dèche, c'est la hess ", alors qu'ils partaient au soleil ou au ski à chaque vacances scolaires et que leurs parents étaient aisés.


On peut enfin citer la marque Lacoste qui a tenté dans les années 90 de se défaire de sa popularité dans les banlieues (j'avoue que j'avais aussi mon polo, casquette et banane Lacoste). Aujourd'hui la marque fait appel à des rappeurs pour promouvoir sa marque, comme par exemple Moha La Squale (qui vient du quartier de La Banane comme moi).


Dire que tu es pauvre, que c'est la dèche, que tu viens d'un quartier qui craint, c'est devenu hype. Cela te donne plus de mérite dans la vie, un storytelling à l'américaine un sentiment de self-made, un héros de la société.


N'importe qui rêverait de raconter que dans son enfance il vivait dans un taudis, pas de salle de bain, à devoir aller aux bains douches une fois par semaine, les toilettes sur le palier, aller en vacances une fois par an, chez la famille entassés dans une 505 break chargée.

Grandir avec un seul parent, qui fait plusieurs jobs ingrats, l'aider dans ces jobs. Refaire ces mêmes petits boulots ingrats pour financer tes études, pendant que tes camarades vont en vacances.

Réussir à faire de grandes études avec une maigre bourse.

Enjamber de multiples obstacles, aller où on ne t'attend pas, bosser dans un grand groupe, créer ta boite, monter des projets !


Waw quel parcours* !

(*je vous l'accorde ce paragraphe est 100% autobiographique)


Alors que si dans l'absolu une personne s'amuse à falsifier tout un passif aisé pour faire du transclasse-fishing cela devient très problématique. Nous allons voir pourquoi.


Et toi tu t'es fait hameçonner ?

De nombreux articles ont été publiés aux USA et en France sur le Black-fishing puis l'Arab-fishing.


Le fishing est une technique de fraude, particulièrement développée depuis l'ascension du web, dans laquelle vous êtes certainement déjà tombés. Ne faites pas comme si cela ne vous était jamais arrivé.


Le Black-fishing désigne une pratique consistant à s’approprier les traits physiques de personnes noires. Cette technique s'est massivement répandue sur les réseaux sociaux via des femmes blanches qui adoptent les coiffures afros, se font foncer la peau, et laissent planer le doute sur leurs origines.


L'exemple emblématique de cette pratique est Rachel Dolezal, activiste pour les droits afro-américains, qui a changé son apparence physique et fait croire durant des années que son père était noir. Elle a ainsi bénéficié d'une grande couverture médiatique et d'opportunités professionnelles jusqu'à ce que ses propres parents ne fassent éclater la vérité.


A l'instar des afro-américains, plusieurs articles ont été publié cette année en France pour dénoncer l'Arab-fishing, ou "comment s'inventer des origines nord-africaines pour plus de likes." On peut citer l'exemple des influenceuses Milla et Safya Jasmine qui s'appellent en réalité Marie-Charlotte et Gwendoline Germain et ont laisser sous-entendre qu'elles auraient des origines dites "arabes". Elles ont des millions de followers en répondant à l'attente d'une image exotique, sexualisée et sans cerveau, héritage d'un orientalisme autour de la femme mauresque de l'époque coloniale.


Si pour le Black-fishing et l'Arab-fishing nous pouvons observer clairement les conséquences discriminantes qui consistent à s'approprier des codes culturels et physiques pour mieux réussir dans sa vie, tandis que cela représente un frein d'évolution pour les personnes d'origine, qu'en est-il du transclasse-fishing ?


Quel putaclic* !

Un putaclic* qualifie un article ou une vidéo dont le titre ou le résumé est exagéré délibérément afin d'attirer davantage de lecteurs ou de spectateurs. Qualifie un titre aguicheur, racoleur destiné à provoquer un clic.


Non, ceci n'est pas un putaclic.

Voici quelques raisons qui expliquent pourquoi le transclasse-fishing est problématique :

  • cela invisibilise les transclasses venant de milieux précaires, en particulier ceux qui n'en parlent pas

  • ces personnes bénéficient de tremplins dont ils ne devraient pas bénéficier

  • cela engendre des mensonges et falsifications

  • mettre l'accent sur une ascension fictive invisibilise l'origine des problématiques que seuls ceux qui les ont vécues sur le terrain peuvent raconter (précarité, manque d'accès à l'éducation...)

  • si les faux-pauvres doivent faire semblant d'être pauvres, où va leur argent ? Pourquoi n'est-il pas utilisé ?

Et vous, qu'en pensez-vous ?


N'hésitez pas à partager cet article et vos témoignages sur vos différents réseaux !


Leïla Talhaoui

CEO Yoo/Slash

Executive Coach / Ingénieure financier / Danseuse-chorégraphe / And More



86 vues0 commentaire